Comme un fou, comme un roi

Je t’aiiiiiiiiiime, je t’aimeuuuuuhhhhh, comme un fou, comme un roi, comme une star de cinéma… C’est cadeau ne me remerciez pas ! Mais je n’aurai pu trouver meilleure introduction pour ma nouvelle chouchoute. J’aime tout !!! La coupe, le tissu… Voilà l’article est fini vous savez tout… Bon allez ok je vais développer un peu va… et en 3 parties s’il vous plaît… Déformation professionnelle…

I – Où il est question du patron rêvé

J’en ai rêvé, Cécile et Emilie l’ont fait. La robe chemise à basque tout comme je l’imaginais. Évidemment j’en ai des patrons de chemise… J’en ai même déjà fait des robes chemises en ajoutant une basque au corsage de base, mais Naïs (c’est son petit nom) a quelque chose en plus… qui fait battre mon cœur…

Le corsage a été dessiné pour accueillir une basque largement froncée. Les épaules sont ajustées comme pour une chemise classique, on retrouve la patte de boutonnage, le col, les poches poitrine plaquées, mais la ligne de taille s’évase très légèrement pour apporter un volume harmonieux. Ni trop ni trop peu. La robe est ainsi légère et confortable sans effet sac ou parachute.

La coupe est juste, j’ai cousu mon 40 habituel, les finitions classiques et propres. J’ai particulièrement apprécié l’arrondi du pied de col qui se négocie très facilement et offre un rendu équilibré.

En ce qui concerne les manches je me suis permis une toute petite modif. Pour aller au bout de l’idée « chemise » j’ai cousu une fente indéchirable et des poignets plutôt que les manches bouffantes. Je sais bien que ce type de manche est terriblement tendance mais j’aime pouvoir porter les manches retroussées. On se refait pas, c’est mon côté Indiana Jones… je ne porte mes chemises que manches retroussées… (même si allez ok déloger une statuette Inca d’un temple maudit n’est ni simple en robe ni très déontologique en termes de législation des fouilles archéologiques…, mais je crois que je m’égare).

II – Où la rencontre avec un tissu merveilleux fait mouche

Ce tissu est une merveille signée Un chat sur un fil. Il s’agit d’une viscose tissée (pas de risque de petits fils tirés blanc donc), kaki-bronze, sur laquelle on retrouve le motif Pomelos. Un chat sur un fil est une boutique que j’affectionne particulièrement, sur le plan humain comme sur le plan de leur sélection de tissus et de leurs créations. Sobriété, élégance, bon goût, c’est une de mes boutiques référence. 

J’avais d’abord imaginé une combi pour ce coupon mais Naïs s’est imposé. Le coloris du tissu va à mon sens aussi bien en hiver qu’en été, porté avec des collants noirs ou jambes nues (alors oui là elles sont encore un peu pâlottes les gambettes mais elles sortent tout juste d’une longue hibernation, et comme je garde un drôle de souvenir d’une de mes tantes à un mariage qui avait mis de l’autobronzant jusqu’au chevilles, de sorte qu’on avait l’impression qu’elle portait des socquettes, ce n’est pas quelque chose que j’ai très envie de tenter… mais je m’égare encore non ? ).

La fluidité du tissu accompagne parfaitement les volumes et courbes de la robe. La viscose est douce, lumineuse. Pour une couture sans encombre on peut utiliser des aiguilles microtex dont la pointe fine et pointue préserve les étoffes les plus fragiles. Pour les étapes délicates comme la pose des poches et du col, on peut aussi amidonner avant couture avec un spray stabilisateur comme de celui de chez Odif (idéal pour les petites pièces et à bien laisser sécher avant de passer à la couture) ou type Fabulon (Notez que ce n’est pas toujours le cas mais ici je vois vraiment une différence entre le spray de la marque Fabulon et la marque distributeur de mon supermarché qui ne durcit rien du tout).

NB: Une petite démo vidéo pour des poches plaquées et des pieds de col « parfaits » est disponible en story permanente sur mon compte Instagram.

III – Où l’on évoque la multiplication des robes

Comme cela m’arrive très souvent quand j’ai un coup de cœur je vois le patron dans tous les tissus. Unis ou à motifs, avec des manches différentes, avec ou sans col. J’en ai d’ailleurs cousu deux autres… une qui a fait office de « toile portable » et une seconde que vous découvrirez ici très bientôt, juste pour le plaisir de partager les jolies photos de mon amie Amélie.

Je pense que je ne vais pas m’arrêter là parce qu’elle est vraiment idéale avec une veste en jean, saharienne ou tailleur. Elle va avec des sandales, des bottes et des baskets. Elle est également proposée dans une déclinaison longue et plus ajustée mais aussi avec une basque à plusieurs volants. A moi la multiplication des Naïs !

Jolis détails

6 réflexions sur “Comme un fou, comme un roi

  1. Eloïse QUILLET dit :

    Bonjour !

    Il donne bien envie ton article mais j’ai aucune photo qui s’affiche 😦

    Tristesse absolue…

    C’est que moi ou c’est le chargement qui a planté quelque part ?

    Bonne journée et bonne continuation, je crois que depuis quelques mois, toutes tes réalisations m’ont donné envie de progresser en couture !

    Eloïse

    >

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.