La bête

Il y a plusieurs mois, je vous confiais une mésaventure arrivée avec ma première machine à coudre. Modeste certes,mais adaptée à la couturière débutante que j’étais alors, elle avait été qualifiée de « machine de supermarché » par le vendeur « maladroit » (voyez comme je reste polie) d’une boutique d’accessoires de couture. Si le jugement porté sur mon matériel m’avait fortement déplu l’idée de changer de machine (et donc de monter en gamme) a quand même depuis fait son chemin…

Pas facile de se repérer dans la jungle des marques et des modèles pour choisir LA machine. On rêverait d’une agence « matrimoniale » machines-couturières », de speed-datings où l’on passerait un petit moment en tête-à-tête avec la future élue histoire de voir si le courant passe…

Et bien c’est ce que j’ai eu la chance de faire grâce à la marque Pfaff au printemps dernier. Lors d’un journée joliment baptisée « Brodday » nous avons, d’autres couturières et moi, été conviées à Paris pour découvrir l’univers Pfaff et tester différents modèles de leur gamme. A l’issue de cette journée, il nous a été proposé un prêt de machine pour 6 mois ainsi qu’une petite formation pour faciliter la prise en main de la machine, afin de nous habituer à la bête et d’être en mesure (sans obligation aucune) de partager notre avis. Voici donc, modestement, le mien.

La bête

Dans le cadre de ce partenariat avec Pfaff j’ai choisi de tester une machine à coudre vraiment haut de gamme (autant se faire plaisir) : la Pfaff Performance 5.2.

  • Comme je vous le disais il s’agit d’une machine haut de gamme, électronique,avec écran tactile et en couleurs s’il vous plaît madame !
  • La machine dispose de nombreux points (classiques évidemment, utilitaires comme le point de surjet ou décoratifs) ainsi que 4 polices d’écriture. Il est également possible de créer sa propre suite de points décoratifs voire de créer son motif.
  • La couture peut se faire soit à la pédale soit au bouton (il y a dans ce cas un « régulateur de vitesse »).

Pour des infos techniques plus approfondies je me permets de vous renvoyer sur la fiche proposée sur le site Pfaff. Je préfère aujourd’hui me concentrer sur ce que j’apprécie vraiment dans ma pratique de la couture.

NB : Je tiens à rappeler que cette machine m’a été prêtée par Pfaff. L’occasion m’a été donnée de tester une machine très performante et je l’ai saisie. Je n’ai aucun intérêt financier à écrire cet article et sa rédaction est entièrement libre. L’article est basé sur un ressenti personnel et a pour but le partage d’expérience.

La bête a du chien

Après avoir cousu plusieurs années sur une machine  basique (point droit, zig-zag et boutonnières manuelles) on peut dire qu’avec la performance c’est la révolution :

  • Le poids tout d’abord : la machine est lourde ! Très lourde ! Quel confort de coudre sans avoir l’impression que la machine va s’envoler et ma nouvelle robe avec. Le poids c’est la stabilité. La stabilité c’est un point net. Un point net c’est une couture régulière.
  • Le double entraînement (système IDT) : Il s’agit d’un système exclusif Pfaff car entraine le tissu du dessus (tandis que la griffe d’entrainement s’occupe du tissu du dessous). La saison des manteaux approchant je savoure le montage de col en lainage et ses 4 épaisseurs sans décalage ni bruit inquiétant. Avec ce système on évite aussi les petits décalages avec les tissus fin ou qui ont tendance à ce détendre un peu. Les assemblages sont impeccables !
  • Le point avant-arrière automatique et le coupe fil après le point d’arrêt en fin de couture (le coupe-fil laisse tout même quelques cm à recouper en fin d’ouvrage à ras, mais cela reste un vrai confort de couture).

  • La réalisation de boutonnières avec réglage automatique est d’un confort et d’une netteté très appréciable.
  • Les points « façon surjeteuse » à la fois pour assembler les tissus maille (plusieurs choix de points overlock) comme pour faire un point décoratif à la manière d’une recouvreuse (qui me donnent envie de me replonger dans mes magazines Ottobre pour faire des sweats aux enfants).

Apprivoiser la bête

La liste serait longue à énumérer tant je suis sous le charme de cette machine. J’ai un plaisir et un confort de couture immense en tête à tête avec la bête. Deux petites précisions malgré tout pour être totalement sincère :

  •  Si la qualité est incontestable le prix ne laisse pas indifférent. La Performance représente un sacré budget. A chacun de faire son choix en fonction de ses besoins, de ses envies de ses possibilités. Précisons toutefois que les atouts exclusifs Pfaff, comme le double entraînement (système IDT), sont disponibles sur les modèles moins onéreux.

NB : Je me permets à ce sujet de vous diriger vers le blog d’Elodie qui couds sur la Pfaff Quilt expression 4.2 et a consacré un article très détaillé à ses impressions. Le site Pfaff dispose églement d’un comparateur qui  permet d’un coup d’oeil de cibler la machine qui correspond le mieux à vos desiderata.

  • La prise en main n’est pas complexe en soi pour les fonctions basiques mais une « formation » reste nécessaire pour exploiter (et profiter) à fond de tout le potentiel de la machine. Le livret fourni avec la machine est clair, largement illustré, mais rien ne remplace l’humain et la démonstration in situ.

A ce sujet, lors du Brodday, les représentants de la marque Pfaff ont insisté sur leur volonté de (re)valoriser l’humain. J’ai été sensible à ce discours. Peut-être qu’acheter sa machine chez un revendeur coûtera un poil plus cher mais c’est l’assurance d’avoir quelqu’un à qui s’adresser pour une présentation complète du modèle, une première prise en main, référent accessoires et garantie ou tout autre question.

  • La Performance 5.2 a beaucoup beaucoup de points. Pour le moment je n’ai réalisé que des essais sur des chutes, pour m’amuser (les points imitation point de croix sont vraiment ravissants), pour voir le rendu, mais je n’ai pas encore trouvé le projet pour les exploiter.

Comme me le soufflait une autre couturière sur Instagram, la seule chose qu’elle ne fait pas c’est le café. Mesdames et messieurs les ingénieurs de chez Pfaff, merci de bien vouloir plancher sur le sujet… et si en plus c’est George Clooney qui livre alors là !

13 réflexions sur “La bête

  1. Cécile dit :

    J’ai une Pfaff (Ambition moi) depuis 5 ans et j’en suis enchantée… et si la série des Performance me fait de l’oeil, le modèle dont je suis l’heureuse propriétaire me paraît être un excellent compromis qualité-prix. Moins 800 euros (de mémoire j’ai dû la payer dans les 500 en vente privée), plein de points, boutonnières automatiques, couds les boutons, l’IDT c’est magique (surtout sur tissus fins ou au contraire très épais)… j’ai eu l’occasion de tester une Bernina moyenne gamme chez une copine, et bien j’ai moins aimé, alors que c’est réputé être la Rolls des machines !

    Aimé par 1 personne

  2. marienicolasMani dit :

    Merci pour se retour. J’ai une pfaff depuis 20 ans et elle fonctionne toujours aussi bien ! Elle a l’IDT et c’est indispensable !! Je regarde les nouvelles générations car la boutonnière automatique et quelques nouvelles petites options me font envie ! Le silence aussi de l’électronique Par rapport à une mécanique 🙂 la seule chose qui me fait peur c’est la panne ! Avec ma mécanique, je la démonte, huile et dépoussière toute seule, là je ne sais pas si ça reste possible.

    J'aime

  3. unchas dit :

    Moi ce que j’aurai voulu savoir, c’est : à l’issu des 6 mois, que comptes tu faire ? Investir dans cette machine ? Retourner a celle que tu avais avant ..? aucun des deux ? ^^
    Sinon Stecker en Belgique sont réputés être de bons conseils.

    J'aime

  4. Pascale Angleraud dit :

    Merci pour ton avis sur cette machine. Je viens juste d’acheter une Janome. Et cela a été très dur de faire un choix. En fait c’est mon mari qui me l’a offerte. Il m’a fait un beau cadeau.
    Ton article sera sûrement une aide précieuse pour les futures acheteuses.

    J'aime

  5. anne Preham dit :

    Merci pour ton avis , moi aussi j’ai mis un temps fou à choisir ma machine été j’ai opte pour une Pfaff, le modèle ambition ( qui était plus dans mon budget) et j’en suis super contente .
    La tienne fait rêver quand même 😜😜
    Belle journée et bonne couture

    J'aime

  6. Mathilde ... au fil des heures dit :

    Et ben dis donc !!! Quelle belle machine !!! Je comprends que tu sois emballée par tous les atouts qu’elle représente !!! C’est génial que tu aies eu l’occasion de tester cette bête de concours !!! Et effectivement avec la saison des manteaux qui arrivent, tu vas vraiment pouvoir te faire plaisir !!! C’est top !!!

    J'aime

  7. mimoune dit :

    ma première machine était une pfaff ! elle en a cousu des double rideaux , des petites robes pour pour les filles et des pyjamas pour les garçons …jamais je n’arriverai à ta hauteur !!!!
    que pour les enfants le sweat ? hum hum ….

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.